Dispositif Café-Cultures
logo imprimer

DISPOSITIF NATIONAL "CAFÉS CULTURES"

Une conférence de presse a été organisée à cette occasion par la plate-forme "Cafés Cultures"

MARDI 29 MARS 2011 A 11H00 AU CAFÉ CONCERT L’INTERNATIONAL 7, RUE MORET 75011 PARIS

Le Snam-Cgt se félicite de son application et suivra attentivement le cours de son évolution, il a été depuis le début porteur du projet et principal interlocuteur en tant que représentant des musiciens(nes).

Ce dispositif a été lancé à l’initiative du Snam-Cgt, du collectif Culture Bar-Bars, l’UMIH, la CPIH, la Ville de Nantes au nom de l’association des Maires des Grandes Villes de France, les Régions Pays de la Loire et Aquitaine, le Pôle (Pôle de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire) et le RAMA (Réseau Musiques Actuelles Aquitain). Le Ministère de la Culture (DGCA) et le Ministère de l’Intérieur soutiennent et participent à ces travaux.

En février 2011 le dispositif est en cours d’expérimentation dans la région Pays-de-la-Loire, le dispositif sera étendu au plan national.


Communiqué de presse

le 29 mars, s’est tenu au Café Culture l’International à Paris la conférence de presse de lancement du dispositif d’aide à l’emploi artistique direct dans les bars dit dispositif Cafés Cultures.

Le Snam-Cgt a été un des principaux artisans au sein de la plateforme national des cafés cultures de l’élaboration du dispositif et aujourd’hui de sa mise en œuvre.

Lors du congrès du Snam-Cgt en juin 2007 nous déclarions : « Il nous faut conquérir des moyens nouveaux pour les petits lieux de diffusion afin qu’ils respectent la présomption de salariat et l’application du code du travail et des conventions collectives. Nous revendiquons et travaillons à la mise en place d’une fondation des brasseurs et distributeurs d’alcool afin qu’ils puissent financer les bars qui diffusent et/ou produisent de la musique vivante. Malgré les affirmations de l’Etat et des collectivités territoriales de financer et de soutenir l’emploi culturel, les artistes interprètes ne voient rien venir. Les politiques d’accompagnement des pratiques musicales, d’aides aux projets artistiques, de soutien à des structures qui font du contrat de vente l’unique contrat avec les artistes interprètes de la musique, continuent de n’avoir aucun effet sur l’emploi artistique, bien au contraire. Nous demandons et revendiquons que les politiques culturelles de l’Etat et des collectivités territoriales s’organisent autour de l’aide à l’emploi, tout particulièrement celui des artistes. »

Nous avons conscience du chemin parcouru et de la « révolution » que représente la mise en œuvre de ce dispositif. Ainsi un fonds est créé pour réunir les aides à l’emploi de mécènes privés (fabricants et distributeurs de boissons) et des collectivités territoriales, très impliquées dans le dispositif, le plus souvent en mobilisant leurs budgets d’intervention économique. Ce fonds permettra de prendre en charge une partie de la masse salariale artistique et, selon certains critères, d’emplois techniques (technicien du son par exemple), proportionnelle au nombre d’artistes sur scène.

Ce dispositif encadre également les conditions de l’exposition de la pratique en amateur.

« Dans un contexte de crise, le dispositif ouvre de nouveaux possibles pour les artistes interprètes, les cafés cultures et donc, plus globalement, pour les populations : mise en place d’un fonds d’aide à l’emploi artistique, protocole de bonne pratique, diffusion des artistes amateurs, lettre circulaire interministérielle, concertations locales… Autant d’outils qui vont permettre de recréer un bassin d’emplois artistiques et de développer une offre artistique au plus proche des populations. »

La conférence de presse du 29 mars 2011 a été l’occasion de la signature du « protocole de bonnes pratiques » signé par l’UMIH (syndicat d’employeurs des HCR) et par le Snam-Cgt (voir le document). Nous travaillons maintenant au démarrage du dispositif que nous espérons voir être effectif avant l’été. Ce dispositif devrait la première année permettre d’aider l’emploi artistique direct par la prise en charge des cotisations sociales d’au moins 30 000 journées de travail au niveau national.

Paris le 30 mars 2011

Documentation :
Définition des Cafés Cultures
Plate-forme nationale Cafés Cultures


Actus

Mobilisations

30-11-2017

Discrimination syndicale

Rassemblement de soutien à Loïc (...)

Permanence sociale

PERMANENCE SOCIALE FEDERALE

Plusieurs syndicats de la fédération nationale (...)

Calendrier

Évènements à venir

SNAM-CGT 14-16 rue des Lilas 75019 Paris +331 42 02 30 80

puceContact puceEspace rédacteurs

RSS

2008-2017 © SNAM-CGT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.17