L’emploi artistique est-il soluble dans les aides à la création ?

L’aide à l’emploi dans les cafés cultures a aussi son pendant dans le secteur professionnel, une revendication du Snam-Cgt

L’emploi artistique est-il soluble dans les aides à la création ?


Cette question a été posée comme thème lors d’un débat initié par le Snam-Cgt à l’occasion des MaMA 2010, ci dessous à l’écoute, les débats lors de l’évènement en date du 16 octobre 2010 (disponible à l’écoute également sur le site du MaMA)

Part 1 :

IMG/mp3/MA10_2022_AUDIO_16oct_CGT-SNAM_l_emploi_FR01.mp3

Part 2 :

IMG/mp3/MA10_2022_AUDIO_16oct_CGT-SNAM_l_emploi_FR02.mp3

Part 3 :

IMG/mp3/MA10_2022_AUDIO_16oct_CGT-SNAM_l_emploi_FR03.mp3

Part 4 :

IMG/mp3/MA10_2022_AUDIO_16oct_CGT-SNAM_l_emploi_FR04.mp3

Part 5 :

IMG/mp3/MA10_2022_AUDIO_16oct_CGT-SNAM_l_emploi_FR05.mp3

Aides à l’emploi artistique lié à la diffusion

Depuis plusieurs décennies la prise en charge financière de l’emploi artistique (Etat et Collectivités territoriales), tout comme son développement, est au cœur des débats, des confrontations, voire des réformes. La crise de l’emploi profonde dans laquelle nous a plongé la « réforme » bâclée et manquée du régime spécifique d’assurance chômage est aujourd’hui amplifiée par les difficultés liées à la crise et à la remise en cause de financements publics. Ne faut-il pas rompre avec les pratiques qui ont fait de la prise en charge de l’emploi au travers de la diffusion du spectacle vivant, un des objectifs couverts par les aides au projet artistique ? Ne faut-il pas, enfin, considérer notre secteur comme un secteur économique à part entière ? Ne faut-il pas, comme c’est le cas dans les autres secteurs de l’économie, permettre une intervention économique de l’Etat et des collectivités territoriales pour soutenir l’emploi artistique ? Ne faut-il pas privilégier de permettre aux artistes interprètes de vivre de leur emploi et non du chômage ou des minima sociaux ?

Intervenants :
- François Delaunay, directeur du Chabada à Angers, représentant SMA au CNV
- Anne Hidalgo, 1ère adjointe Ville de Paris, ancienne secrétaire nationale à la culture du PS, ancienne inspectrice du travail dont l’ouvrage sur l’emploi et le travail est très attendu
- André Cayot , Direction Générale de la Création Artistique (ministère de la Culture et de la Communication)
- Denis Talledec, directeur du Pôle de musiques actuelles des Pays-de-la-Loire
- Florian Salazar Martin, maire-adjoint à la culture de Martigues, Fédération Nationale des Collectivités pour la Culture
- Clément Praud, coordinateur du Map
- Arnaud Delebarre, directeur de l’Olympia et du Sentier des Halles
- Marc Slyper, secrétaire général du Snam-Cgt
- Anne Quentin, modératrice

Depuis plusieurs années le SNAM propose de travailler à la mise en œuvre d’aides à l’emploi artistique direct liées à la diffusion. Plutôt que de continuer à faire des aides publiques à la création un prétendu soutien à la création, la production et la diffusion nous proposons de retirer la diffusion de ces aides et de mettre en œuvre au niveau national un dispositif d’aide à l’emploi artistique. Ce dispositif permettrait aux entreprises de spectacles de petite capacité (moins de 300 places par exemple) de pouvoir faire appel à un fonds national ou à des fonds régionaux d’aide à l’emploi artistique. Ce ou ces fonds seraient alimentés par des dotations de l’Etat et des collectivités territoriales.

Aujourd’hui l’État et les collectivités territoriales interviennent pour soutenir l’emploi dans de nombreux secteurs de l’économie. C’est à partir de leur budget d’intervention économique que ce font ces interventions. Plutôt que de continuer à faire appel au budget culturel, en affirmant la place économique de nos secteurs d’activité, nous revendiquons donc que ces dotations soient prises sur ces budgets. Le ou les fonds de dotation permettraient d’envisager un dispositif parallèle à celui mis en œuvre pour les bars, les hôtels et les restaurants. Nos propositions ont rencontré un écho très favorable des collectivités territoriales avec qui nous avons pu en débattre. Par ailleurs, le Ministère de la culture a pérennisé le groupe IV des Entretiens de Valois sur les « entreprises et l’emploi » en en faisant un groupe permanent du Conseil national des professions du spectacle. A l’occasion de la première réunion de ce groupe – le 7 octobre dernier - présidé aujourd’hui par M. Philippe Garot, qui remplace Claire Lamboley devenue conseillère sociale du ministre, nous avons présenté un rapport sur ce que pourrait être ces aides à l’emploi. L’accueil de ces propositions a été particulièrement favorable et le groupe de travail permanent du CNPS a décidé d’en faire un des points centraux de ces travaux.

Le SNAM-CGT en essayant par ces dispositifs d’aides à l’emploi de répondre à la crise profonde de l’emploi cherche à la fois à créer et renforcer des bassins d’emplois liés à la diffusion de la musique et du spectacle vivant mais aussi à répondre au développement considérable et non justifié du recours systématique aux contrats de vente ou aux contrats de cession.

Certaines collectivités territoriales ont constaté le développement considérable du nombre d’artistes interprètes relevant du RSA. Nous avons pris le parti de débattre avec eux de la nécessité de soutenir l’emploi plutôt que de renforcer les minimas sociaux. Il semble que nous soyons entendus et que parallèlement et à la suite de la mise en œuvre du dispositif pour les cafés cultures nous puissions aboutir à la création de ces aides à l’emploi liées à la diffusion. C’est un dossier qui mobilise une part importante de notre activité.

sources Snam-Infos N°35



SNAM - CGT - 14 /16 rue des Lilas 75019 Paris - 01 42 02 30 80 - snam-cgt@wanadoo.fr